(Crédit photo: Rob Lambert - Unsplash)

ÉCONOMIE. Au cours des trois dernières années, la Passerelle de recrutement international mise sur pied par Chaudière-Appalaches Économique (CAE) a facilité la venue de 658 travailleurs dans les différentes entreprises de la Chaudière-Appalaches. De ce nombre, 18 ont choisi une entreprise de la MRC de Lotbinière, ce qui a permis d’accueillir, dans la région, 45 nouveaux arrivants.

«J’ai été agréablement surprise. C’est pour tout le territoire de la Chaudière-Appalaches que ç’a rapporté», s’est réjouie la coordonnatrice du service aux entreprises de la MRC de Lotbinière, Danielle Raymond.

La Passerelle de recrutement international vise à faire la promotion de la Chaudière-Appalaches, des entreprises et des offres d’emploi. Pour faciliter le travail et faire le pont entre la France et le Québec, Chaudière-Appalaches économique pouvait compter sur un chargé de projet au Québec et un autre en France.

«Québec international nous a soumis l’idée de la Passerelle. Elle permettrait de créer un lien direct entre les besoins des entreprises de la Chaudière-Appalaches et un chargé de projets en France. […] La nouveauté pour les entreprises de la région c’était d’avoir quelqu’un qui faisait du recrutement, de la préqualification, de la présélection de CV et d’offrir de l’information quant aux équivalences de la scolarité», a expliqué le directeur général de Chaudière-Appalaches économique, Philippe Mailloux.

De plus, même si les démarches visaient principalement le marché français, des efforts de promotion ont été également été faits ailleurs.

«La France, c’était notre objectif en raison de la langue. De plus, on a saisi des occasions que Québec international nous a données en cours de route. Nous sommes allés, entre autres, en Tunisie. Nous avons aussi participé à des missions de recrutement à l’échelle mondiale. On a débordé de la France, mais cela restait le cœur de notre action», a précisé Philippe Mailloux.

Diversifier l’offre

Si le secteur manufacturier était le principal visé par la démarche, avec le temps, la Passerelle a fait équipe avec d’autres partenaires et a élargi son champ d’action. Parmi ceux-ci on retrouve les institutions d’enseignement supérieur de la région.

«Travailler en Chaudière-Appalaches et étudier en Chaudière-Appalaches, c’est un aspect que nous n’avions pas envisagé au départ. Au début, nous étions à la recherche de main-d’œuvre manufacturière pour répondre aux besoins des entreprises. Le CISSS est aussi devenu membre de la Passerelle pour des postes de préposé aux bénéficiaires. Ça nous a permis de sortir du cadre manufacturier», a poursuivi M. Mailloux.

Impact local

«Le recrutement que nous avons fait touche la main-d’œuvre spécialisée, ce n’était pas des journaliers d’usine. Ce qu'on entend par main-d'oeuvre spécialisée, c’est lorsqu’une formation est nécessaire, par exemple les soudeurs», a indiqué Philippe Mailloux.

Plusieurs grands employeurs de la MRC de Lotbinière ont fait appel à l’un ou l’autre des services offerts par la Passerelle de recrutement. Parmi ceux-ci, on retrouve Bibby Ste-Croix, Planchers PG, Laflamme et JL Leclerc. En tout, ce sont 16 entreprises de Lotbinière qui ont été accompagnées.

Par ailleurs, puisque le projet de passerelle est financé par des fonds publics, Chaudière-Appalaches économique a pu aller à la rencontre des entreprises qui souhaitaient profiter des services du programme. Ainsi, un diagnostic des besoins en recrutement international était fait de même qu’un accompagnement pendant tout le processus entourant la venue de travailleurs étrangers.

Initialement, le projet de Passerelle devait prendre fin le 31 mars de cette année. Cependant, avec la COVID-19, Chaudière-Appalaches économique a obtenu une prolongation jusqu’au 31 mars 2022. Toutefois, l’enveloppe sera épuisée d’ici le début de l’été. Les services de recrutement et de préqualification s’arrêteront, mais le volet promotion de la région, des emplois et des programmes d’études restera actif.

 

 

 

Les plus lus

De la cuisine de rue à Saint-Apollinaire

AFFAIRES. Michael Roy entretient depuis plusieurs années une passion pour la cuisine de rue et les camions de cuisine de rue. Au début de l’année, avec la fermeture des restaurants, il a vu l’occasion de combiner sa passion avec un projet de se lancer en affaires dans le domaine.

Pro-Fab vendu à des intérêts québécois

ÉCONOMIE. Le Fonds québécois d’investissement privé, Kairos Capital Management a confirmé, le 23 juin dernier, l’acquisition de Groupe Pro-Fab. Depuis 10 ans, l’entreprise dont le siège social se trouve à Saint-Apollinaire était dans le giron de l’américain Wynnchurch Capital, un autre fonds d’investissement privé.

Élan freiné par des problèmes d’approvisionnement

ÉCONOMIE. En pleine croissance il y a à peine quelques mois, l’entreprise T Concept de Saint-Flavien a vu son élan freiné par un coup qu’elle n’avait pas anticipé. Si en mars dernier, c’était la pénurie de main-d’œuvre qui pointait dans le rétroviseur de Jimmy Trépanier, quelques mois plus tard, ce sont des problématiques d’approvisionnement en bois qui sont sorties de l’angle mort et l’ont forcé ...