Les parents d’Anaïs Renaud espèrent de potentielles aides financières du ministre des Transports du Québec et d’Energir permettront la construction d’un trottoir le long de la rue Principale. (Crédit photo: Archives)

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans une lettre envoyée à la fin octobre à Normand Côté, le maire de Saint-Flavien, et la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité, Catherine Fiset, les parents d’Anaïs Renaud, cette jeune fille qui a été happée mortellement le long de la rue Principale en 2018, leur demandent d’agir afin de construire un trottoir le long de l’artère.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale 

 Rappelons d’emblée que les citoyens de Saint-Flavien ont rejeté, en septembre lors d’un référendum à la hauteur d’un peu plus de 75 %, le règlement d’emprunt de 1,191 M$ qui aurait permis à la Municipalité d’aller de l’avant avec la construction du trottoir.

Si Normand Côté avait argué à la suite du dévoilement des résultats du référendum que l’argument financier n’avait pas été un facteur dans la décision des Saint-Flaviennois, Jacinthe Latulippe et Étienne Renaud estiment que ce n’est pas le cas. Dans la lettre envoyée à M. Côté et Mme Fiset dont Le Peuple Lotbinière a obtenu copie, ils soutiennent que l’administration municipale a caché des renseignements à la population.

«Le 9 février 2021, M. Côté nous a demandé d'effectuer des recherches de financement pour favoriser l'actualisation du projet trottoir puisque selon lui la question économique était un argument très sensible auprès de la population. Nous avons été de bonne foi, nous l'avons cru sur parole et avons fait nos devoirs. Ainsi, une communication directe avec le ministre des Transports a été établie, puis il a offert à la municipalité une somme plus que raisonnable tirée directement de son budget discrétionnaire. Toutefois, cette information n'a jamais fait l'objet d'un suivi de votre part envers nous. Pire encore, cette information a été gardée sous silence et aucune mention d'une aide financière possible du gouvernement a été rapportée lors de la séance d'information du 21 juin. Il est difficile pour nous de ne pas l'interpréter comme un manque de respect à notre égard», ont écrit les parents d’Anaïs Renaud.

Du même souffle, Jacinthe Latulippe et Étienne Renaud ont indiqué à Normand Côté et Catherine Fiset qu’Energir leur a démontré une ouverture à participer financièrement à la construction d’un trottoir le long de la rue Principale.

«L'administration municipale nous a bien déçus. Nous avons perdu confiance. Vos actions des dernières années concernant la gestion du dossier trottoir nous révèlent un manque flagrant de courage et de volonté politique de votre part. […] Vous semblez donc avoir une deuxième chance entre les mains pour vous rattraper dans ce dossier qui a fait mauvaise figure à travers la province et qui a des impacts plus que majeurs dans notre vie. Nous vous demandons maintenant d'intervenir comme une organisation responsable, de vous prévaloir de vos droits d'agir comme vous le faites déjà en matière d'exécution de différents travaux dans la municipalité et de répondre à vos obligations de rendre cette route sécuritaire pour tous les usagers. Nous vous demandons ainsi de saisir cette ouverture d'Énergir pour enfin vous conformer à la recommandation du coroner», ont lancé les parents d’Anaïs Renaud.

Laisser la poussière retomber 

 Invité à réagir à cette nouvelle sortie de Jacinthe Latulippe et Étienne Renaud, le maire de Saint-Flavien a réitéré son intention de suivre le plan de match établi à la suite du référendum.

«J’ai bien reçu la correspondance de Mme Latulippe et j’en ai pris connaissance et j’ai aussi reçu la correspondance d’Energir en réponse à Mme Latulippe. Comme nous l’avions mentionné suite au référendum, nous désirons laisser retomber la poussière afin de dépersonnaliser le débat. Je devrai rencontrer les nouveaux conseillers pour les mettre au courant des dossiers de la municipalité, dont celui-ci, afin de les préparer à leur premier conseil municipal. Compte tenu de ce contexte,  je vais réserver mes commentaires pour plus tard», a conclu Normand Côté.

Avec la collaboration de Mélanie Labrecque

 

 

 

Les plus lus

Laurier-Station a une nouvelle mairesse

POLITIQUE. Il y aura du changement à la mairie de Laurier-Station. Les citoyens ont une nouvelle mairesse. Huguette Charest a été élue avec 65,5 % des voix lors du scrutin de dimanche dernier.

Pincé à 117 km/h dans une zone de 60 km/h

FAITS DIVERS. Un jeune homme de 18 ans de Saint-Antoine-de-Tilly se souviendra longtemps de sa balade sur le boulevard Champlain, à Québec. Les policiers de l’unité de soutien en sécurité routière de Québec l’ont intercepté, le 19 novembre, pour grand excès de vitesse.

Stéphane Dion est le nouveau maire de Sainte-Croix

ÉLECTIONS. Après plusieurs heures d’attente, le chef de l’équipe Pour Sainte-Croix, Stéphane Dion, a officiellement été élu maire de Sainte-Croix, dans la nuit du 7 au 8 novembre. Cinq des six conseillers de la prochaine administration municipale sont également des membres du parti du nouveau premier magistrat de la municipalité lotbiniéroise.

Accident tragique à Sainte-Croix

FAITS DIVERS. Le corps d’un homme de 43 ans originaire de la région de Portneuf a été retrouvé hier vers 11h, sur les berges à Sainte-Croix.

La fin d’une époque

PORTRAIT. Encore aujourd’hui, il est possible de croiser régulièrement un laitier qui fait ses livraisons à domicile dans les rues de son quartier. C’est plus rare de voir des boulangers sur la route. L’un des derniers à le faire encore au Québec roulait dans les rues MRC de Lotbinière et il a accroché les clés de son camion le 30 octobre dernier.

Sécurité routière: les parents d’Anaïs demandent à l’administration municipale d’agir

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans une lettre envoyée à la fin octobre à Normand Côté, le maire de Saint-Flavien, et la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité, Catherine Fiset, les parents d’Anaïs Renaud, cette jeune fille qui a été happée mortellement le long de la rue Principale en 2018, leur demandent d’agir afin de construire un trottoir le long de l’artère.

Généreuse contribution pour une famille de Saint-Agapit

COMMUNAUTÉ. Les Chevaliers de Colomb du Conseil Saint-Agapit/Dosquet ont récemment remis plus de 5 000 $ à une famille de Saint-Agapit dont le père combat actuellement une récidive de son cancer.

Le nouveau conseil de Sainte-Croix assermenté

POLITIQUE. Le nouveau conseil municipal de Sainte-Croix a été assermenté le 16 novembre, tout juste avant la séance régulière du conseil municipal. Le maire Stéphane Dion ainsi que les six conseillers ont prêté serment de servir les citoyens pour les quatre prochaines années.

Main-d'œuvre : la TREMCA veut un plan d’urgence

INDUSTRIE. Par voie de communiqué, la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA) et des industriels de la région ont fait une sortie, le 8 novembre, afin de demander au gouvernement du Québec d’implanter rapidement un plan d’urgence pour s’attaquer à la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe la Chaudière-Appalaches.

Dévoilement d’une œuvre pour clôturer la Marche mondiale des femmes

COMMUNAUTÉ. Le comité régional pour la Marche mondiale des femmes de la Chaudière-Appalaches a dévoilé, le 22 octobre, une œuvre soulignant les cinq revendications de la Marche mondiale des femmes. L’œuvre créée par Kim Veilleux y intègre les réalités propres à la Chaudière-Appalaches.