(Crédit photo : Les Éleveurs de porcs du Québec)

AGRICULTURE. La restructuration des activités et des achats de porcs québécois chez Olymel inquiète Les Éleveurs de porcs du Québec. Le regroupement de producteurs a dénoncé, le 25 octobre, la décision de l’entreprise de réduire ses achats de 25 000 porcs en 2022.

Ainsi, Olymel compte interrompre les activités d’abattage à l’usine de Princeville en mars 2022 et réduire de 15 000 le nombre de porcs achetés au Québec et de 10 000 le nombre achète en Ontario. Cette décision ne fait pas de sens selon les éleveurs de porcs, d'autant plus que Québec a investi, cette année, 150 M$ dans Olymel.

«Les consommateurs du Québec, ceux qui achètent notre viande, sont fiers d'acheter du porc du Québec élevé par des familles d'ici. Olymel doit réitérer ses valeurs en tant que fleuron québécois. C'est tout le modèle d'affaires de la filière porcine qui peut être ébranlé. Ce sont encore une fois les entreprises porcines, qui font notre fierté et qui rayonnent par leur savoir-faire de renommée mondiale, qui en subiront les impacts», a indiqué, par voie de communiqué, le président des Éleveurs de porcs du Québec, David Duval.

Cette restructuration arrive à un bien mauvais moment, estime l’association. Les éleveurs du Québec doivent encore composer avec les impacts provoqués par le conflit de travail qui a touché l’usine Olymel de Vallée-Jonction. Plusieurs n’ont toujours pas repris le dessus sur le nombre de bêtes en attente d’abattage.

 

 

 

Les plus lus

Main-d'œuvre : la TREMCA veut un plan d’urgence

INDUSTRIE. Par voie de communiqué, la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA) et des industriels de la région ont fait une sortie, le 8 novembre, afin de demander au gouvernement du Québec d’implanter rapidement un plan d’urgence pour s’attaquer à la pénurie de main-d’oeuvre qui frappe la Chaudière-Appalaches.

La CNESST publie ses recommandations pour le retour au travail

SÉCURITÉ. Dans la foulée des assouplissements annoncés récemment par le gouvernement, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a encouragé les milieux de travail à se tourner vers une formule hybride, en présentiel et en télétravail, pour une «transition réussie», le 9 novembre.

Investissements supplémentaires pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse

TECHNOLOGIE. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 23 novembre, une somme de 150 M$ pour compléter le branchement d’Internet haute vitesse dans les foyers qui ne sont toujours pas rejoints. Le dernier volet de l’Opération haute vitesse, Éclair III, permettra, d’ici septembre 2022, de relier les foyers très isolés ou qui n’étaient pas répertoriés sur les cartes de déploiement.